Archives de
Auteur/autrice : Susanne

Encore l’Ecosse

Encore l’Ecosse

Oui, oui, nous sommes toujours là! Nous avons passé le mois de juillet à vadrouiller à travers cette Ecosse trèèèèès pluvieuse cette année – même les gens du coin se plaignaient. Une dame à Stornoway a dit que le dernier jour totalement ensoleillé était il y a 300 jours. Ca vous donne le climat. Durant tout notre séjour en Ecosse, la température n’a jamais atteint les 20°C. Mais assez de plaintes – pendant que vous cuisiez dans les vagues de chaleur, nous naviguions dans une région géniale. Les gens sont sympas, l’humour toujours présent, et les paysages simplement sublimes.

De Skye, nous avons mis cap à l’ouest, sur les Hébrides extérieures, Loch Maddy pour être précis. Le bras de mer entre ces îles s’appelle le Minch, et pour le traverser, nous avons eu un soleil éclatant. Arrivé au port, la pluie était de retour, comme pour nous rappeler à l’ordre.

Les jours passent, nous marchons et visitons ce nouvel environnement. Les Hébrides extérieures sont très exposées aux tempêtes qui traversent tout droit l’Atlantique nord. De ce fait, il n’y a pas beaucoup d’arbres. Ils ne poussent que dans les endroits abrités du vent. Les paysages sont surtout herbe, cailloux et eau, le sol principalement des tourbières. La population s’en sert d’ailleurs pour chauffer et on rencontre des endroits creusés pour l’extraction. Après Loch Maddy, nous suivons la côte vers le nord. Prochaine escale, Scalpay – petite île devant l’île de Harris. Là encore, superbe paysage, et quelques particularités qu’on avait pas encore rencontré.

Nous reprenons la route, encore vers le nord. Nous avons rendez-vous à Stornoway avec Chimaera, Corinne et Olivier, des amis de longue date, qui naviguent sur leur voilier de 16m. Ils ont réussi à acheter des tickets pour le festival Hebcelt qui a lieu à la mi-juillet. Les deux bateaux s’y rejoignent quelques jours avant le début du festival, et nous passons une dizaine de jours à la capitale de l’île de Lewis. Ensemble, nous louons une petite voiture, et Olivier nous conduit souverainement sur le côté gauche de la chaussée vers la pointe nord de l’île. Ce fut une superbe virée, merci au chauffeur!

Nous traversons ces paysages, et je suis complètement fascinée, car je suis en train de lire la trilogie des Hébrides de Peter May, dont les histoires se déroulent ici-même. J’ai rarement eu l’occasion de me trouver dans le cadre de mes lectures au moment où je les lis. Nous visitons une Blackhouse, habitation typique jusqu’au début du 20ème siècle.

Prochaine halte, un Broch, habitation bien plus ancienne, qui abritait un clan entier. C’est une sorte de tour à double paroi, avec plusieurs niveaux de planchers qui permettaient d’organiser les différents secteurs de la vie. Etables en bas, habitation au premier, stocks et fumage au dessus – le tout bien protégé contre les raids ennemis et le climat rude, derrière le mur solide.

Il reste encore un bout d’après-midi, et nous allons voir les menhirs de Calanais. Orientés selon les solstices, leur origine est beaucoup plus ancienne et on ne sait pas exactement à quoi ils servaient. Toutes les spéculations sont permises…

Enfin le jour du festival arrive et nous nous rendons dans le parc du château de Lews où se dressent deux grandes scènes et plein de food trucks pour sustenter les spectateurs. La musique est en lien avec les Hébrides et leur culture celtique, mais pas forcément folklorique. Des musiciens jeunes et moins jeunes chantent en gaëlique et en anglais, expriment leur amour et les peines de ce pays isolé au bout du royaume uni. Tous les instruments y sont, des guitares au violon, en passant par la flûte et la cornemuse. Certains on en même fabriqués avec des tuyaux de jardin. L’ambiance est géniale et nous plongeons dedans avec délice.

Le festival fini, nous reprenons le chemin. Cette fois, vers l’est, nous retraversons le Minch , retour vers la terre ferme. Pendant cette traversée d’une journée, nous croisons un maximum d’oiseaux, des dauphins et même un marsouin juste à l’arrivée de notre mouillage du soir.

Nous passons la nuit à Loch Gairloch, une baie bien abritée où nous avons découvert une petite distillerie… nous avons carrément craqué pour un petit gin parfumé à toutes sortes d’herbes de la lande.

Et voilà, nous redescendons vers le sud, boucler le tour de Skye, repasser par Oban et traverser les Highlands par le canal de Calédonie.

Le 30 juillet nous ancrons devant la première écluse du canal calédonien. Nous la passons le lendemain matin et entrons pour une semaine en eau douce. Départ raide, nous commençons par l’escalier de Neptune, une suite de neuf portes d’écluses qui nous hisse en deux heures à environ vingt mètres au dessus de la mer.

Le canal travers trois lacs dont deux navigables à la voile. Nous avons de la chance, le vent souffle juste de la bonne direction et nous les traversons voiles en papillon.

Inverness, le dernier port d’Ecosse. Nous observons la situation météo et nous rendons compte, que la route prévue vers le sud est barré par une superbe haute pression qui génère un vent du sud stable pour une semaine complète. Mais nous sommes souples et décidons du coup de changer de direction. La Baltique étant au programme pour l’été prochain, nous décidons d’avancer un peu nos plans et larguons les amarres pour une traversée de quatre jours. Nous arrivons le 12 août à Hirtshals, tout au nord du Danemark. L’anticyclone nous a porté tout le long, il a fait beau et nous sommes arrivés en été, avec un joli 25°C. A nous les harengs marinés, les crevettes et les glaces danoises – mmmmh!

Ecosse

Ecosse

Un mois plein d’aventures plus tard, nous sommes amarrés dans un petit port tranquille. J’ai enfin le loisir de vous raconter la suite de nos pérégrinations. Partis de l’île de Man une après-midi avec la marée, nous avons accosté en Ecosse le lendemain, après une navigation assez musclée et froide malgré le soleil. Mon premier contact avec le scottish english est assez surprenant. J’appelle le port par VHF pour demander une place d’amarrage, reçois une réponse assez longue, mais le seul mot que j’ai compris est « wait ». Nous attendons donc un moment en faisant des ronds dans l’eau. Au bout d’un moment, nous approchons, histoire d’y voir plus clair, et un monsieur nous fait signe d’amarrer vers lui, nous prend les amarres, et nous fait entrer dans une place avec moins d’un mètre devant et derrière. C’était le garde-port, tout content d’avoir une place pour nous.

Il faut s’habituer au parler écossais – et je ne parle pas du gaëlique, que l’on voit écrit partout, mais dont je ne comprends vraiment rien. Nous sommes à Campbelltown, petite ville endormie, entourée de forêt et pâturages. Nous allons bien sûr marcher dans ses environs et découvrons les rhododendrons à l’état sauvage.

Au retour de la marche, et pour fêter notre arrivée en Ecosse, nous allons manger au resto. Pour Louis un choix de poissons fumés, et pour moi le tout premier homard de ma vie!

Tout était excellent – une bonne entrée en matière de découvertes du coin. Le 6 juin nous continuons notre route, car nous avons un rendez-vous. Nos amis Miriam et François viennent nous trouver et ils atterrissent à Glasgow le neuf. Nous nous approchons au plus près de cette ville et amarrons le Naviot à la James-Watt-Dock-Marina. C’est un ancien bassin portuaire commercial, nommé d’après l’ingénieur qui a inventé l’unité du cheval-vapeur, et en hommage de qui on a nommé l’unité de puissance, le Watt (W). Les vélos stockés sur le pont, la trinquette à poste et la cabine avant préparée, nous sommes prêts à accueillir nos amis. Ils arrivent, et la météo change pour vent et pluie. Nous décidons donc de visiter Glasgow plutôt que de naviguer. Grande ville au passé industriel très actif, on voit à travers plein de bâtiments abandonnés qu’elle souffre d’un déclin important.

Elle est belle quand-même, et à force de nous balader, nous ratons presque le dernier bus pour retourner à Greenock où se trouve le Naviot. A notre défense, il part à 19h40 – tôt pour un samedi soir!

Dimanche c’est le départ. Contre le vent, nous louvoyons dans le bras de mer pour arriver à Port Bannatyne. Le lendemain, nous avons le plaisir d’assister à une manche d’une régate des bateaux construit au chantier Fife, non loin de là. Un spectacle extraordinaire!

Nous continuons notre chemin en sinuant le long des lochs, entre îles et continent, pour arriver à Tarbert, dernier petit port avant le canal de Crinan qui nous permettra de couper à travers les terres et nous évitera de contourner le Mull of Kintyre, réputé rude pour la navigation.

Deux jours et quatorze écluses plus tard, dont onze actionnées par nos petits muscles, nous débouchons dans le sound of Jura, appelé selon l’île du même nom. J’ignorais qu’il existait un autre Jura que le nôtre. Nous nous faufilons entre les îles et arrivons dans le Firth of Lorn. Halte sur l’île de Kerrera, en face d’Oban, où nous nous offrons une vraie promenade du dimanche.

Un jour à Oban où nous profitons de la ville pour remplir le bateau de victuailles, et nous continuons à travers le sound of Mull jusqu’à Tobermory, d’où on nous avait vanté le whisky…

Notre ami François nous en offre une bouteille – un délice! Merci François!

Nous prenons la décision de longer l’île de Skye par sa côte sud-ouest, le coté au vent, sauvage à souhait, avec quelques lochs pour s’y abriter. La météo étant toujours bien mélangée, soleil et pluie tous les jours, avec des vents pouvant aller de 0 à 25 nœuds, il est important de trouver des coins tranquilles. Au fond du loch Eishort nous avons trouvé une place si calme, que le soir tombé, une loutre curieuse est montée à bord par l’amarre et a inspecté tout le bateau. Heureusement aucun hublot n’était ouvert, elle n’a pas pu entrer.

Prochain mouillage, loch Harpor, où la première baie est occupée par un élevage de poissons. Nous décidons donc de remonter jusqu’au bout du loch, et y trouvons des bouées visiteurs devant la distillerie Talisker, réputée pour son whisky parfumé. Le hasard fait parfois bien les choses. Si nous avions ancré où nous l’avions prévu, nous aurions passé à côté… Bien sur, nous avons embarqué une bouteille.

Dernière étape avec nos amis, nous longeons les falaises de Skye, les vents sont favorables, mais quand nous remontons le loch Dunvegan, comme d’habitude, il souffle de devant, 20 kn en plein dans le nez. Allez savoir pourquoi, le vent sort toujours des lochs, quitte à tourner de 180° par rapport à sa direction au large. Nous amarrons au ponton, car le lendemain Miriam et François nous quitterons et il est plus facile de débarquer sans passer par l’étape « annexe ».

Nous avons passé trois belles semaines à naviguer avec nos amis. La météo n’était pas toujours facile, mais nous nous sommes mis plein les yeux de ces paysages exceptionnels, et nous allons en découvrir encore plein d’autres, car notre voyage en Ecosse n’est pas fini…

A bientôt!

En Route vers le Nord

En Route vers le Nord

Pas de longue pause entre deux chapitres cette fois, car nous bougeons! Après Dartmouth suivent Plymouth, Fowey, Falmouth – « mouth » étant des estuaires de rivières qui offrent de très bons abris aux bateaux. Nous longeons la côte sud anglaise, et nous nous faisons plaisir en balades dans la nature et dans ces jolies petites villes.

Le 15 mai nous nous lançons. Voiles en ciseaux jusqu’au Lands End, le point le plus sud-ouest de la Cornouaille. Puis cap au nord – tourner de 90° sur tribord – et après une journée de 60 milles nautiques sous plein de météos différentes, nous mouillons devant St. Ives pour passer la nuit. Le lendemain matin, nous continuons directement. Cette fois, ce sera une longue étape de 133 milles. Nous naviguons toute la nuit dans des conditions assez rock’n roll, grand largue avec une houle qui fait rouler le Naviot bord sur bord. Inutile de dire que nous ne dormons pas vraiment malgré les quarts de veille de 3 heures que nous effectuons. Quand nous ancrons enfin dans la baie de Fishguard à 8h30, nos seuls désirs sont un bon breakfast et une gigasieste… Le vent souffle fort, mais l’ancre tient bon dans le fond de vase épaisse, nous sommes tranquilles. Ce n’est que le lendemain que nous allons découvrir ce charmant petit village.

Prochaine étape, Holy Head – 95 milles en une journée. Il faut dire que plus nous allons vers le nord, plus les journées s’allongent. Mais quand-même, il nous a fallu de 5h du matin à 22h pour accomplir ce trajet. C’est avec les dernières lueurs du jour que nous amarrons sur le reste d’un ponton, qui fut jusqu’en 2018 une partie d’une belle marina. Sur leur site, elle est toujours présentée comme telle, mais heureusement nous avions des infos plus récentes qui nous informaient de son état actuel. Elle a été victime d’une grosse tempête pendant l’hiver 2018, et pour l’instant rien n’a été entrepris pour la reconstruction. Nous avons quand-même été bien accueillis et sommes restés quatre jours en attendant que le vent soit de nouveau favorable pour notre voyage.

24 mai: Le nord, toujours vers le nord – nous traversons la mer d’Irlande pour arriver juste à marée haute à Peel, sur la côte ouest de l’île de Man. Il est 20h15, je demande l’ouverture du pont tournant et une place d’amarrage par VHF. Une voix sympathique me répond positivement et le pont se met à tourner de suite. Nous entrons dans le bassin à flot et prenons l’amarrage indiqué. La petite voix se révèle être à Douglas, à 20 km de là, de l’autre côté de l’île. Ils peuvent tout commander à distance et voient avec des caméras quelles places sont encore libres. Comme ça, pas besoin de personnel en dehors des heures de bureau sur place. On n’arrête pas le progrès…

Nous prévoyons trois jours d’arrêt sur l’île. Mais le lendemain nous découvrons que nous sommes juste au bon moment pour assister au TT. Le Tourist Trophy, course de moto mythique. Du coup, de trois, on prolonge à huit jours, car Louis veut au moins voir quelques motos passer lors des sélections. L’île est envahi de motards venus de toute l’Europe, et même si Peel n’est pas directement sur le trajet de la course, ils viennent visiter cette petite ville et l’ambiance est toute à la fête. Moi, bien sûr, je ne veux pas que voir des motos, ce qui varie bien nos visites sur cette île. Ancienne forteresse, musée de vieilles motos, musée historique et plus de vingt kilomètres ( aller simple ) avec nos vélos sur un ancien tracé de train vapeur pour voir Douglas, la capitale.

La semaine a passé à toute vitesse. Déjà, les vents tournent et nous en profitons pour filer vers cette Ecosse où nous avons envie de passer l’été. Bye bye Man donc, et nous attaquons le North-Channel en direction Campbelltown sur la presqu’île du Kintyre.

La Manche

La Manche

Après un mois d’arrêt technique, le Naviot est enfin prêt pour l’été. Il a reçu plein de soins, principalement de la part de notre voilier Eric à Granville. Une nouvelle capote, une nouvelle housse de dinghy, le génois réparé avec un nouvel enrouleur installé, la trinquette retaillée et équipée d’un emmagasineur, et pour couronner le tout, un spi asymétrique tout neuf. En plus il a fallu réparer une barre de flèche, qui était raguée par l’étai largable que nous avons depuis supprimé. Le balcon avant a du être resoudé, une attache de filière ayant été arrachée, probablement lors de l’accrochage qui nous avait arraché ladite filière au port de Brest. Enfin, nous avons eu beaucoup d’aide. Merci à tous pour le travail réalisé dans des temps, ce qui nous a permis de repartir fin avril.

Nous avons passé un mois d’avril sensationnel à Granville. Printanier à souhait, nous n’avons pas que travaillé, mais aussi visité, marché et apprécié les rencontres avec nos amis. Nous avons refait le monde avec Catherine que Louis connaît depuis qu’il a suivi ses premiers cours de voile il y a 40 ans, et son fils Eric, patron de la voilerie. Des rires et plein d’histoires échangés aussi avec nos voisins de ponton Nicole et Gérard. Il m’a appris comment décortiquer une coquille St. Jacques, et en nous apportant une aile de raie, j’ai été obligée d’apprendre à la cuisiner. Un délice, l’un et l’autre!

Le 22 avril, ma sœur Hélène nous rejoint en train. Elle a toujours rêvé de traverser la Manche à la voile. Le Naviot est fin prêt le 26 au soir, et le 27 aux aurores, à marée haute, nous quittons Granville et la France pour de nouveaux horizons. Première escale, St. Hélier sur Jersey. Une première pour moi aussi, car lors de notre premier voyage il y a 35 ans, nous avions Bella avec nous, et il n’était pas possible d’accoster en Grande Bretagne avec un chien à bord.

De Jersey nous continuons vers Guernsey, où nous sommes reçus à St. Peter Port en même temps qu’un rallye qui arrive de l’autre côté de la Manche. Il y a des voiliers partout, mais le garde port nous attribue une bonne place, et nous passons une belle après-midi à nous promener dans la petite ville. Le soir nous nous délectons d’un petit gratin de fruits de mer et poissons au resto qui donne tort à tous ceux qui dénigrent la cuisine anglaise. Le lendemain nous attaquons enfin cette traversée, 70 milles nautiques, avec un joli vent de travers qui s’essouffle en fin de journée.

A dix heures du soir, nous nous entrons dans le port de Brixham. Bien fatigués, nous amarrons à une place qui semble comme réservée pour nous. On se demande où est le hic, mais nous décidons de dormir et de voir le lendemain, si on peut y rester. Bonne surprise, tout est en règle. Autre surprise, quand nous débarquons, les rues sont pleines de pirates! C’est leur festival annuel à Brixham, la grande fiesta ! Et ils se donnent. Costumes, canons, musique – tout y est. C’est ici que nous rencontrons Mabel, petit voilier qui s’est mis à notre couple. A son bord, Jenny et Terry, avec qui nous discutons en partageant un apéro et qui nous donnent plein de conseils pour notre projet écossais.

Nous restons trois jours, pas seulement à fêter, mais aussi à randonner un peu. Tout au long des côtes anglaises il y a le costal path. Un chemin bien aménagé qui suit la côte souvent en surplomb, des fois le long des plages, en général loin des routes. On sent que les anglais sont des passionnés de la randonnée. Même sans le soleil, on rencontre des marcheurs sur les chemins. Des sourires échangés, parfois quelques mots, nous aimons bien cette ambiance.

Notre route continue. Nous visons Dartmouth, d’où Hélène prendra le train pour rentrer en Suisse. Quel plaisir de t’avoir eu à bord ! Merci pour tout.

Puis, nous montons la rivière Dart un bout pour nous amarrer à une bouée à Dittisham, juste en face de la résidence secondaire d’Agatha Christie, Greenway, que bien sûr, nous visitons.

C’est une demeure magnifique avec un parc immense. Dire qu’ils n’en profitaient qu’en été, et même pas toutes les années. C’est juste incroyable.

Nous redescendons la rivière et après une petite halte à Dartmouth, nous voilà en route pour longer cette côte sud de l’Angleterre, si verte, si belle.

Bretagne-Nord

Bretagne-Nord

Fin février, six mois après avoir laissé notre Naviot au Port de Brest, nous y retournons. Il a passé cet hiver sans nous, laissant passer les tempêtes au large. Nous l’avons retrouvé en bon état, et après une petite semaine de préparation, la météo favorable nous a incité à notre première sortie en 2022.

Première étape, Camaret. Souvenez-vous, c’est d’ici que nous étions partis en septembre 2019 pour l’Espagne, notre première traversée de plusieurs jours. Ce fut comme un petit retour – d’autant plus que nous y avions passé en 1988 déjà, avec le Trena-Boe, notre premier bateau. A l’époque, la marina n’existait pas encore. Nous avions ancré dans la baie.

Une belle balade en suivant le haut des falaises me fait découvrir le tas de petits pois vu de terre. Le paysage est grandiose avec ses rochers sculptés par le vent. Une ambiance de bout du monde…

Un coup de vent – laissé passer à l’abri du port – plus tard, nous mettons le cap plein nord et arrivons avec la marée montante à l’Aber Wrac’h. Un Aber est comme une rìa. Une sorte d’entonnoir qui rentre profondément dans les terres, avec au bout, une rivière qui s’y jette. Un endroit où eau douce et eau de mer se rencontrent. Avec chaque marée, la mer le remplit et en redescendant emporte à nouveau tout. Cela provoque des courants forts dans les deux sens, et des changements de niveaux importants. Nous nous amarrons au ponton, et le lendemain matin, à marée basse, je me rends compte que nous avions bien fait de respecter scrupuleusement le balisage. Hors du chenal balisé il n’y a plus d’eau, que des rochers ou des moulières, invisibles à notre arrivée.

Cette fois ci, nous voulons avancer vers l’est. Une petite nuit à Roscoff, puis nous remontons le Trieux, où nous amarrons à Lézardrieux, port de départ de notre périple en 2019. De nouveau quatre jours d’arrêt, à laisser passer un coup de vent. On est toujours en mars, et les dépressions se suivent encore à un rythme régulier qui nous impose le nôtre. Pas question de prendre des risques. La manche par mauvais temps, très peu pour moi.

Au prochain jour bien ensoleillé, nous naviguons jusqu’à St. Cast le Guildo. Jolie étape, qui doit être très très touristique en été. Les marnages deviennent de plus en plus importants. On n’est plus très loin du Mont St. Michel. C’est assez impressionnant de voir ces bords de mer une fois immergés, et juste après tout à découvert, dix mètres de différence entre les deux.

Le surlendemain, nous profitons d’un joli sud-est pour traverser nos derniers milles jusqu’à Granville. Départ au petit matin, car à Granville, il faut entrer avec la marée haute. Quand la marée est en bas, il n’y a simplement plus d’eau devant le port. Arrivée vers 11h30 – 25 milles derrière nous avant midi! Granville, l’étape que nous souhaitons atteindre depuis deux ans bientôt, car nous voulons faire faire une nouvelle trinquette chez notre ami Eric, qui a sa voilerie ici. Ca nous a pris du temps, pleins d’imprévus, mais tenace comme nous sommes, on y est…

Une étape technique donc, durant laquelle nous essayons de régler tous les petits et grands problèmes accumulés durant nos dernières navigations. Bonne nouvelle, notre trinquette existante peut être transformée pour être mis sur emmagasineur, pas besoin d’une nouvelle. Par contre, la capote qui abrite la descente, doit être refaite complètement. Le tissu est cuit par les UVs et les coutures lâchent un peu partout. L’annexe a besoin d’un nouveau sac de protection, et notre spi asymétrique laisse tellement passer l’air, que nous décidons de le remplacer. Plein de travail pour le voilier! Et puisqu’on est aux travaux, Louis veut donner un coup de jeune à l’enrouleur de génois, vénérable pièce de 25 ans d’âge environ. Plus de pièces de rechange chez le fournisseur, il le fait démonter chez le mécano du coin et commande le roulement, les joints et clips nécessaires. Manque de chance pour nous, le mécano jette les pièces démontées sans relever les dimensions, et un joint est plus petit que l’autre. Ce qui fait que il ne peut pas remonter la pièce. Pour le moment, nous ne savons pas encore, si nous trouvons la pièce manquante, ou si nous devons passer par la commande d’un enrouleur de génois neuf. Plus, au prochain épisode…

Le reste de 2021

Le reste de 2021

Oui, nous sommes toujours vivants! Après quatre mois sans nouvelles, voici la suite de nos aventures. Après deux semaines de vent d’est et pas de changement en vue, nous décidons de rentrer en Suisse. Le Naviot préparé pour rester au port environ deux mois sans nous, nous prenons le TGV et débarquons début septembre à Sottens. Arrivée géniale, car Olivier a invité tous nos copains du village pour une joyeuse « gardenparty » . Merci pour cet accueil fabuleux!

Le weekend suivant, petit voyage au Tessin pour participer au grand ZAF des Frères de la Côte de la table Suisse.

Trois jours passées entre amis sur et au bord du Lac Majeur, avec le soleil, la bonne humeur et d’excellents repas au rendez-vous, nous ont comblés. Merci au Frères tessinois pour cette belle organisation!

Depuis le Tessin, nous avons traversé le pays du sud au nord-est, et sommes directement allés chez mes parents. Mon papa n’étant pas en bonne santé, j’ai passé plusieurs fois une à deux semaines chez eux, afin d’aider ma maman de le soigner et d’organiser les soins à domicile nécessaires. Il souhaitait ne plus retourner à l’hôpital, car il y avait déjà passé trop de temps depuis le début de l’année. Pour nous, ce fut une situation avec des hauts et des bas, des allers et retours. Il s’est éteint doucement le 9 novembre entouré de nous tous. Nous sommes donc restés bien plus longtemps en Suisse que prévu, car nous ne voulions pas laisser ma maman seule.

Mais retournons à nos pérégrinations de cet automne. Avec des visites chez divers médecins et d’autres, plus agréables chez nos amis, nous n’avons pas chômé. Côté santé, tout va bien. Côté météo, l’automne est arrivé.

Fin Novembre, plein de soucis pour notre Naviot, nous avons fait un petit aller-retour à Brest. Bien nous en a pris. Un câble de filière bâbord était arraché. Probablement dû a un accrochage avec un autre bateau lors d’un amarrage difficile. Nous avons tout remis en ordre et demandé à la marina si nous pouvions laisser le bateau encore un peu plus longtemps. Pas de problème, ils sont d’accord. Nous avons profité de cette virée en voiture d’aller voir les Abers Ildut et Wrac’h, pour déjà imaginer nos prochaines escales. Que ça fait du bien d’humer un peu d’air marin!

De retour en Suisse, l’hiver s’est pointé. La vie continue.

Avec toute cette agitation, tout le travail que nous avons du accomplir, Noël est arrivé, et la nouvelle année s’annonce toute proche. Nous vous la souhaitons heureuse, profitez de tous les bons moments qui se présenteront. Bisous et à bientôt, en 2022!

10 jours en mer

10 jours en mer

Cette envie de retourner sur le continent et une météo qui paraît favorable se conjuguant, nous nous lançons le 4 août en direction de la Bretagne. Le routage Grib nous conseille de partir vers le nord, afin de rejoindre des vents favorables, et nous le suivons évidemment. C’est donc sous un soleil radieux, sur une mer belle que nous serrons un près, toutes voiles dehors. Des grands dauphins nous accompagnent un petit bout, comme pour nous dire au revoir, et nous regardons disparaître Terceira dans le sillage de notre bateau. Première nuit, répartie en quarts de trois heures – nous garderons ce rythme tout au long du trajet. Dans notre jeunesse lointaine, nous en faisions quatre, mais voilà, avec l’âge… Le deuxième jour se lève, et avec lui le vent (25kn) et les vagues, qui de un mètre ont grossi à trois. Nous décidons de réduire un peu les voiles. Deux ris dans la grand-voile et plus qu’un tiers de génois, nous nous faisons secouer dans tous les sens. Louis teste le Primperan sur le conseil de notre ami Muncho, et miracle, il ne vomit pas, mais est quand même un peu groggy par le mal de mer. Rien en comparaison des autres fois, où il était carrément HS. Merci Muncho ! Cette allure gobelet mélangeur dure deux jours. Régulièrement, des vagues plus hautes que les autres passent par dessus le pont – si on a le malheur d’être assis dehors, c’est la douche salée (2x pour moi, brrrrr! ). Pendant la nuit, l’une d’elles nous lance même un petit calamar dans la grand-voile, que nous y découvrons collé et mort, le pauvre, quand nous larguons les ris plus tard.

Résultat: une tache d’encre indélébile au beau milieu de la voile !

Le vent tourne à l’ouest, faiblit et l’allure redevient confortable. Quand il tourne sud-ouest, nous osons carrément inaugurer notre spi parachute. Nous l’avions acheté à Porto Santo à Aideen et Peter, couple de navigateurs au long cours, qui nous en avaient fait une démonstration séduisante. Jusque là, nous n’avions jamais eu le bon vent pour l’essayer. Il est génial. Pas de tangons lourds à manier, et une dimension (64m2) qui nous tire confortablement en avant. En plus, vu qu’il tire plutôt vers le haut, le bateau roule moins dans la vague. Cerise sur le gâteau, notre régulateur d’allure a barré même cette allure délicate comme un chef. Tout pour bien faire donc, si bien que nous avons laissé cette voile 24h d’affilée, jusqu’à ce que le vent se soit essoufflé. Le temps de l’affaler, et hop, le vent tourne à nouveau. Nous rehissons la grand-voile et déroulons le génois. Naviot taille sa route.

Les jours se suivent, les petites habitudes s’installent et le mal de mer de Loulou se calme au point de pouvoir arrêter ses pilules. Nous croisons même un groupe de baleines, probablement des cachalots. Ils ont passé une centaine de mètres derrière le Naviot. Impressionnant!

Le tracé rouge montre le trajet du Naviot, les ondulations suivant le vent. Enfin, le 14 août nous arrivons devant la rade de Brest. La terre sort de l’eau, et sous un soleil rayonnent, complètement détendus, nous montons le goulet de Brest, voiles en ciseaux.

Contents d’arriver, nous nous réjouissons du bon accueil au port du château à Brest. Ce premier soir, nous allons au resto. Un bon morceau de bœuf grillé au feu de bois nous récompense des efforts de cette traversée.

entrée du port du château à Brest

Dernier saut de puce

Dernier saut de puce

De retour à Velas, le deuxième vaccin s’est bien passé. Quelques jours de douleurs genre grippe pour moi, et presque rien pour Louis, nous ont gardé à quai une petite semaine. Ensuite, une belle navigation d’une cinquantaine de milles nautiques nous a conduits à Angra do Heroïsmo, capitale de l’île de Terceira. Nous y trouvons d’emblée une place d’amarrage et décidons d’y rester jusqu’à ce que la prochaine fenêtre météo se présente pour rallier la Bretagne. En attendant, nous visitons cette jolie ville, classée patrimoine de l’Unesco.

Les ruelles sont vraiment magnifiques, les façades pleines de détails et bien entretenues. Nous nous y promenons avec plaisir. MAIS, en vue de notre prochaine nave, nous avons quelques préparations à faire. Lessive, nettoyages, plier et ranger l’annexe et, et, et… En passant l’aspirateur, je découvre de l’eau sur le plancher sous l’évier de la cuisine, et voilà, Loulou en mode dépistage de la fuite. C’est de l’eau douce (oui, oui, j’ai goûté), donc ce n’est pas une entrée d’eau de mer. Nous ne sommes pas en train de couler. En fait, un joint de la pompe qui achemine l’eau des réservoirs est percé, et il faut le remplacer. Plus vite dit que fait, car le kit de joints qu’on nous a vendu avec la pompe, ne contient pas le bon modèle. Heureusement que nous avons une pompe entière en réserve et mon courageux capitaine la monte dans la chaleur de l’après midi (28° C).

En fin de compte, achats faits, réservoirs pleins, nous allons nous élancer demain en direction de la France où nous espérons arriver dans une dizaine de jours. A bientôt !

D’autres Îles

D’autres Îles

Vaccinés une première fois à Sao Jorge, nous avons trois semaines devant nous pour découvrir Graciosa et Faial. Le vent soufflant de nord-ouest, nous mettons le cap au nord-est le 8 juillet et arrivons à Graciosa, où nous mouillons l’ancre devant Vila da Praia par une belle soirée d’été. Le lendemain, nous découvrons que les voiliers qui étaient amarrés dans le port de pèche, ont libéré la place, et nous allons amarrer le Naviot contre une digue sans pontons. Ca faisait des années que nous n’avions pas fait cela, et c’était bizarre de laisser les amarres suffisamment longues pour permettre au Naviot de descendre et remonter le long du quai au gré des marées.

Graciosa, la bien nommée, est vraiment jolie. Nous y avons bien marché. La première balade nous a mené vers Santa Cruz, où nous voulions voir la nouvelle marina, mentionnée dans notre guide.

Il est évident qu’il n’existe pas de chemin à plat sur ces îles volcaniques. Par dessus une colline assez pentue, nous y sommes arrivés. Demi-surpris, car on nous avait averti que les travaux avaient du retard, nous avons découvert un beau bassin sans aménagement de pontons, où plusieurs voiliers se trouvaient à l’ancre.

De retour à Vila da Praia, nous avons décidé d’y rester, car la météo annonçait un fort vent d’est pour les jours suivants, et l’entrée de ce beau bassin vide est exposé aux vents de cette direction. Mieux valait rester où nous étions.

Le volcan vu du village

L’autre balade que je voulais entreprendre, nous a fait grimper sur le volcan derrière le village. Nous avons surmonté un dénivelé de 350m, quasi en ligne droite, et découvert la caldeira à l’intérieur. Nous en avons fait le tour sur sa crête, avec des vues à couper le souffle. Juste magnifique!

Fatigués, mais heureux, nous nous sommes reposés le dimanche qui a suivi cette excursion, avant de remettre les voiles lundi, tant que le vent soufflait encore d’est, pour rallier Horta sur l’île de Faial. Juste en face du Pico, ce volcan haut de 2351m n’est malgré tout, pas visible tous les jours.

Horta est un port mythique, où tous les voiliers qui rentrent des Caraïbes, s’arrêtent pour une escale de repos bien méritée. Nous avions fait de même en 1990, au retour de notre premier voyage – petit coup de nostalgie. Nous voilà dans l’ambiance trépidante des voyageurs. Ils arrivent, repartent, discutent, comparent leurs expériences. Nous sommes en juillet, haute saison, c’est plein de monde. Les locaux ne perdant pas le sens des affaires, les prix des voitures de location ont grimpé en flèche, et nous déclinons finalement la proposition à 75 Euros pour une journée. Sur les autres îles nous avions payé entre 30 et 40 Euros. Nous avons donc rechaussé nos souliers de randonnée et découvert les alentours à pied.

La petite ville aussi vaut la visite. De jolies ruelles, cafés, et même un petit musée étaient au programme.

Evidemment, nous allons manger au célèbre Café Sport chez Peter et visitons sa collection de dents de cachalot gravées.

Et enfin, pour compléter notre instruction, nous visitons le jardin botanique très intéressant, qui explique les plantes originaires des Açores et celles importées, et souvent envahissantes que nous avons vues sur ces îles.

Feu d’artifice pour la fin, une superbe collection d’orchidées qu’un collectionneur passionné leur a légué.

Le temps file incroyablement vite et il est déjà temps de retourner à Velas pour notre deuxième vaccin. Ensuite, nous souhaitons visiter Terceira. Je suis déjà curieuse de ce que nous y découvrirons.

Sao Jorge

Sao Jorge

Après deux semaines à Santa Maria, nous avons remis les voiles, cap au 315°, Nord-Ouest pendant deux jours. Peu avant minuit le 22 juin nous ancrons devant Velas, capitale de Sao Jorge. A part le mal de mer de Louis, court mais très fort en début de navigation, nous avons fait une belle traversée tout à la voile jusqu’à nous trouver à l’abri du vent de l’île pour les derniers milles. Fatigués, nous avons mis en route notre fidèle volvo pour arriver à bon port. Nous espérions dormir tranquillement. C’était sans compter avec les Puffins gris. En pleine nidification, il ont « chanté » toute la nuit. AWWA AWWA AWAAA….

Nous ne voyons ces oiseaux qu’en haute mer et de trop loin pour une photo valable. C’est pourquoi j’ai emprunté cette image dans notre guide des Oiseaux de Mer ( de Gerald Tuck et Hermann Heinzel)

Le jour l’un des deux chasse et se nourrit en mer pendant que l’autre couve dans une cavité dans les rochers. A la nuit tombante, il rentre et les deux poussent de hauts cris pour les retrouvailles. Ceci multiplié par quelques centaines, je vous laisse imaginer le vacarme. Les nuits tranquilles sont plutôt compromises…

Le lendemain matin nous avons eu la CHANCE d’obtenir de suite une place à l’intérieur de la marina. Les moins de 12m du Naviot facilitent parfois les choses. En effet, ce joli petit port est plein à craquer et les bateaux plus grands doivent souvent attendre quelques jours avant de recevoir une place, même si le garde port fait son possible. L’accueil est chaleureux et nous donne envie de visiter l’île.

Nous sommes donc sur une des îles du groupe central des Açores qui jouit d’un climat un peu plus frais que Santa Maria, mais aussi plus pluvieux. De ce fait elle est plus verte, pleine de prés où broutent des troupeaux de vaches. Velas se dit d’ailleurs « Capital do Qejo ». Et c’est vrai, ils ont du bon fromage. Rien à voir avec du Gruyère, mais on ne voyage pas pour ne manger que ce que l’on connaît…

Pour bien visiter Sao Jorge, nous avons loué une voiture pendant deux jours. A cause de leur origine volcanique, les Açores sortent de l’océan avec des falaises vertigineuses où il n’y a que peu de terrain qui s’est formé au bord de la mer. Les Fajas, sortes de petits deltas formés par les gravats des torrents qui dévalent les falaises, sont par contre bien exploités par les habitants. On y trouve des villages et des cultures, vigne, banane et même du café à une place. Nous avons randonné sur la côte nord d’une faja à l’autre. Paysages à couper le souffle!

Les hauts de l’île sont dévolus à l’élevage. Alors que les pentes sont densément boisées, les terrains un peu moins pentus sont herbus, délimités en prairies par des haies d’hortensias bleus. C’est totalement bucolique, on se croirait dans la comté des Hobbits.

De retour à Velas, nous nous baladons dans et autour de la ville.

après l’école, les enfants viennent s’amuser au port, baignade et pic-nic

Les jours s’écoulent doucement entre balades, bricoles et rencontres. Un petit paradis! Nous y resterons encore un peu, car nous avons appris que nous pouvons nous faire vacciner contre le covid19. A peine inscrits, nous avons déjà reçu la première dose, et en attendant la deuxième, nous irons visiter les îles alentour. Prochaine étape, Fajal ou Graciosa, nous n’avons pas encore décidé…