10 jours en mer

10 jours en mer

Cette envie de retourner sur le continent et une météo qui paraît favorable se conjuguant, nous nous lançons le 4 août en direction de la Bretagne. Le routage Grib nous conseille de partir vers le nord, afin de rejoindre des vents favorables, et nous le suivons évidemment. C’est donc sous un soleil radieux, sur une mer belle que nous serrons un près, toutes voiles dehors. Des grands dauphins nous accompagnent un petit bout, comme pour nous dire au revoir, et nous regardons disparaître Terceira dans le sillage de notre bateau. Première nuit, répartie en quarts de trois heures – nous garderons ce rythme tout au long du trajet. Dans notre jeunesse lointaine, nous en faisions quatre, mais voilà, avec l’âge… Le deuxième jour se lève, et avec lui le vent (25kn) et les vagues, qui de un mètre ont grossi à trois. Nous décidons de réduire un peu les voiles. Deux ris dans la grand-voile et plus qu’un tiers de génois, nous nous faisons secouer dans tous les sens. Louis teste le Primperan sur le conseil de notre ami Muncho, et miracle, il ne vomit pas, mais est quand même un peu groggy par le mal de mer. Rien en comparaison des autres fois, où il était carrément HS. Merci Muncho ! Cette allure gobelet mélangeur dure deux jours. Régulièrement, des vagues plus hautes que les autres passent par dessus le pont – si on a le malheur d’être assis dehors, c’est la douche salée (2x pour moi, brrrrr! ). Pendant la nuit, l’une d’elles nous lance même un petit calamar dans la grand-voile, que nous y découvrons collé et mort, le pauvre, quand nous larguons les ris plus tard.

Résultat: une tache d’encre indélébile au beau milieu de la voile !

Le vent tourne à l’ouest, faiblit et l’allure redevient confortable. Quand il tourne sud-ouest, nous osons carrément inaugurer notre spi parachute. Nous l’avions acheté à Porto Santo à Aideen et Peter, couple de navigateurs au long cours, qui nous en avaient fait une démonstration séduisante. Jusque là, nous n’avions jamais eu le bon vent pour l’essayer. Il est génial. Pas de tangons lourds à manier, et une dimension (64m2) qui nous tire confortablement en avant. En plus, vu qu’il tire plutôt vers le haut, le bateau roule moins dans la vague. Cerise sur le gâteau, notre régulateur d’allure a barré même cette allure délicate comme un chef. Tout pour bien faire donc, si bien que nous avons laissé cette voile 24h d’affilée, jusqu’à ce que le vent se soit essoufflé. Le temps de l’affaler, et hop, le vent tourne à nouveau. Nous rehissons la grand-voile et déroulons le génois. Naviot taille sa route.

Les jours se suivent, les petites habitudes s’installent et le mal de mer de Loulou se calme au point de pouvoir arrêter ses pilules. Nous croisons même un groupe de baleines, probablement des cachalots. Ils ont passé une centaine de mètres derrière le Naviot. Impressionnant!

Le tracé rouge montre le trajet du Naviot, les ondulations suivant le vent. Enfin, le 14 août nous arrivons devant la rade de Brest. La terre sort de l’eau, et sous un soleil rayonnent, complètement détendus, nous montons le goulet de Brest, voiles en ciseaux.

Contents d’arriver, nous nous réjouissons du bon accueil au port du château à Brest. Ce premier soir, nous allons au resto. Un bon morceau de bœuf grillé au feu de bois nous récompense des efforts de cette traversée.

entrée du port du château à Brest

2 réflexions sur « 10 jours en mer »

  1. Salut les Marins,
    Magnifiques images. Bravo pour votre navigation. Bonne reposée.
    Meilleures salutations
    Jean-Michel
    HB9DBB

  2. Salut les navigateurs.Heureux de vous savoir arrivé à bon port sur le continent en plus en terre de marin.Rien que de lire le résumé de la traversée j ai la nausée en pensées pour Louis.Ça c’est fait.Maintenant à vous les crêpes et le cidre.Qenavo.A plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.