Sao Jorge

Sao Jorge

Après deux semaines à Santa Maria, nous avons remis les voiles, cap au 315°, Nord-Ouest pendant deux jours. Peu avant minuit le 22 juin nous ancrons devant Velas, capitale de Sao Jorge. A part le mal de mer de Louis, court mais très fort en début de navigation, nous avons fait une belle traversée tout à la voile jusqu’à nous trouver à l’abri du vent de l’île pour les derniers milles. Fatigués, nous avons mis en route notre fidèle volvo pour arriver à bon port. Nous espérions dormir tranquillement. C’était sans compter avec les Puffins gris. En pleine nidification, il ont « chanté » toute la nuit. AWWA AWWA AWAAA….

Nous ne voyons ces oiseaux qu’en haute mer et de trop loin pour une photo valable. C’est pourquoi j’ai emprunté cette image dans notre guide des Oiseaux de Mer ( de Gerald Tuck et Hermann Heinzel)

Le jour l’un des deux chasse et se nourrit en mer pendant que l’autre couve dans une cavité dans les rochers. A la nuit tombante, il rentre et les deux poussent de hauts cris pour les retrouvailles. Ceci multiplié par quelques centaines, je vous laisse imaginer le vacarme. Les nuits tranquilles sont plutôt compromises…

Le lendemain matin nous avons eu la CHANCE d’obtenir de suite une place à l’intérieur de la marina. Les moins de 12m du Naviot facilitent parfois les choses. En effet, ce joli petit port est plein à craquer et les bateaux plus grands doivent souvent attendre quelques jours avant de recevoir une place, même si le garde port fait son possible. L’accueil est chaleureux et nous donne envie de visiter l’île.

Nous sommes donc sur une des îles du groupe central des Açores qui jouit d’un climat un peu plus frais que Santa Maria, mais aussi plus pluvieux. De ce fait elle est plus verte, pleine de prés où broutent des troupeaux de vaches. Velas se dit d’ailleurs « Capital do Qejo ». Et c’est vrai, ils ont du bon fromage. Rien à voir avec du Gruyère, mais on ne voyage pas pour ne manger que ce que l’on connaît…

Pour bien visiter Sao Jorge, nous avons loué une voiture pendant deux jours. A cause de leur origine volcanique, les Açores sortent de l’océan avec des falaises vertigineuses où il n’y a que peu de terrain qui s’est formé au bord de la mer. Les Fajas, sortes de petits deltas formés par les gravats des torrents qui dévalent les falaises, sont par contre bien exploités par les habitants. On y trouve des villages et des cultures, vigne, banane et même du café à une place. Nous avons randonné sur la côte nord d’une faja à l’autre. Paysages à couper le souffle!

Les hauts de l’île sont dévolus à l’élevage. Alors que les pentes sont densément boisées, les terrains un peu moins pentus sont herbus, délimités en prairies par des haies d’hortensias bleus. C’est totalement bucolique, on se croirait dans la comté des Hobbits.

De retour à Velas, nous nous baladons dans et autour de la ville.

après l’école, les enfants viennent s’amuser au port, baignade et pic-nic

Les jours s’écoulent doucement entre balades, bricoles et rencontres. Un petit paradis! Nous y resterons encore un peu, car nous avons appris que nous pouvons nous faire vacciner contre le covid19. A peine inscrits, nous avons déjà reçu la première dose, et en attendant la deuxième, nous irons visiter les îles alentour. Prochaine étape, Fajal ou Graciosa, nous n’avons pas encore décidé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *