Nous bougeons de nouveau!

Nous bougeons de nouveau!

Yessss! Après presque six mois sans bouger, le Naviot a pu ressortir du port de Vilamoura. Aux dernières nouvelles, nous venions de revenir au Portugal juste pour le confinement qui a duré jusqu’à maintenant… et encore, ce n’est pas tout à fait déconfiné. Entre temps, j’ai dû retourner en Suisse, car mon père n’allait pas bien. Rentrée le 1er février, j’ai du m’acquitter de 10 jours de quarantaine et ce n’est que 6 semaines plus tard, quand mon papa avait remonté la pente et allait de nouveau bien, que j’ai pu retrouver mon Louis qui était resté tout ce temps à Vilamoura.

Il s’est occupé de terminer les travaux au chantier naval et n’était heureusement pas tout seul. Notre ami Olivier du Chimaera lui a tenu compagnie presque jusqu’à mon retour. Merci!

De retour à Vilamoura j’ai eu droit à une nouvelle quarantaine, car dans mon avion, un passager s’était révélé Covid-positif malgré une PCR négative à l’embarquement. Les services de santé m’ont contactée deux jours après mon arrivée pour m’informer que je devais rester à l’intérieur et sont venus le lendemain, puis 10 jours plus tard, prélever un frottis de nez chez nous, au bateau. Ils étaient négatifs. Malgré cela, j’ai du rester en quarantaine la totalité de 14 jours. Dur, dur ! Enfin, le 29 mars, nous avons fêté ma liberté retrouvée avec une longue balade sur la plage.

Si belles, ces fleurs dans les dunes

La première semaine d’avril le frère de la côte Noé, François pour de vrai, nous fait la surprise. Il nous appelle pour nous dire qu’il est à Vilamoura où il a un résidence secondaire. Il doit y régler un problème d’électricité et reste une bonne semaine. Nous nous rencontrons évidemment et c’est un pur bonheur de discuter, plaisanter et rire ensemble. Il nous fait profiter de sa voiture pour faire les achats de toutes les choses lourdes et nous emmène même sur le Monchique d’où nous avons une magnifique vue sur le pays .

Les deux frères devant le chateau de Silves
je suis toute petite à coté du roi Sancho
vue de la montagne

Merci François de nous avoir gâté autant et donné de ton temps. Quel plaisir de te voir !

Enfin, le 16 avril, nous avons pu quitter Vilamoura. Une première petite étape nous a mené jusqu’à Alvor. C’est une belle ria où nous sommes restés à l’ancre pendant une semaine. En arrivant, les terrasses étaient ouvertes et nous avons profité du soleil pour boire un café sur l’une d’elles. Mais déjà le lundi suivant, elles ont du refermer, car trop de virus dans la commune. C’est assez bizarre comme situation. Les communes ouvrent ou ferment individuellement selon leur taux de covid. Heureusement, les promenades restent autorisées.

Le 22 avril le vent tourne et nous décidons de contourner le cap St. Vincent et mettre le cap au nord. Nous amarrons à Sines tard ce soir là, car l’étape est assez longue. Nous prévoyons d’y rester une semaine. Mais comme souvent, les imprévus nous rattrapent et le séjour dans cette charmante bourgade se prolonge un peu. La raison de nos misères sont nos ordinateurs. Ils réclament des mises à jour qu’en gentils obéissants nous lançons. Et boum, l’ordi de navigation ne s’ouvre plus. Avec énormément de patience et beaucoup d’heures à manipuler souris et boutons, Louis réussit à le vider complètement, le reformate et réinstalle tout. Sur le portable, le problème est un peu moins grave, mais nécessite aussi des heures de travail avant de refonctionner correctement. Louis passe en tout quatre jours dessus, j’essaie de l’aider comme je peux et nous finissons les yeux carrés.

Mais voilà, avec de la patience on arrive à régler la plupart de nos problèmes et demain nous repartons. Quelle destination? Rendez-vous au prochain article. À bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *